Vous êtes ici :»Accueil»Presentation»Mot
Presentation
Admissions
Visite
Sites Rattachés
Sites Externes
Contact
Sécrétariat du Doyen :
Tel. : (+237) 22 25 40 19
                 22 25 40 47
Email : deanfsjpun@gmail.com
fsjp@univ-ndere.cm
Scolarité :
Tel. : (+237) 22 25 40 58
Mot du Doyen
Infos Flash
Master Professionnel en « Droit des Industries extractives
CEREMONIE DE RENTREE SOLENNELLE DE LA FSJP
ORGANISATION DES CINQUANTENAIRES
Tweets
Bienvenu: Mot

Le mot du chef d'etablissement

Mot du Doyen

Dreamweaver CS3

En ma qualité de Doyen de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques depuis un peu plus d'un an maintenant, j'ai aujourd'hui plaisir à m'adresser à toutes celles et tous ceux qu'intéresse la formation juridique et politique. C’est à vous qui hésitez à étudier le droit et la science politique, à vous qui envisagez de le faire à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de Ngaoundéré que s’adressent ces quelques lignes.


Pourquoi étudier le droit et la science politique?


Parmi tous les domaines de la connaissance qui font l’objet d’un enseignement de niveau académique, il est légitime de se demander pourquoi étudier le droit ou la  science politique plutôt que, par exemple, la médecine, la chimie ou la philosophie, les langues ou l’économie. La vie en société n’est pas possible sans un minimum de règles stables et une autorité habilitée à en forcer le respect, ce que traduit la maxime ubi societas, ubi jus (sans droit pas de société). Le monde d’aujourd’hui a, plus que jamais, besoin du droit. Les êtres humains naissent, vivent et meurent dans un environnement juridique toujours plus complexe. Leurs relations avec d’autres sujets de droit ou avec l’Etat sont encadrées par le droit, tout comme le sont les relations entre les Etats. Autant dire que les occasions sont nombreuses d’exercer son savoir pour tout juriste formé à la Faculté des sciences juridiques et politiques. Que le juriste pratique en tant qu’avocat ou magistrat, au sein d’une administration publique, d’une organisation internationale ou d’une entreprise privée, il dispose d’un vaste choix de métiers à exercer – une bonne raison d’étudier le droit. Parce qu’il constitue le carrefour de plusieurs métiers, il est légitime d’étudier le droit
Lorsque le mot prend une majuscule, le Droit désigne l’idéal de justice que tend – du moins, devrait tendre – à réaliser tout ordre juridique. Dans une approche moins utilitariste, les études de droit incitent à une réflexion sur la justice et les mécanismes susceptibles de conduire à la réalisation de cet idéal.
Outre l’acquisition de connaissances juridiques, les études de droit offrent l’apprentissage d’une méthode d’analyse et d’un raisonnement pour parvenir aux solutions possibles, une chance de peser le pour et le contre afin qu’un choix soit éclairé. Dans cette mise en balance, la distance critique est essentielle, qui évite une application aveugle de règles générales et abstraites pouvant conduire au pire. C’est pour toutes ces compétences que le monde professionnel apprécie les juristes.
Avec les études de droit, il est possible de concilier la poursuite d’un idéal avec un objectif plus réaliste comme celui de gagner sa vie.


Pourquoi étudier le droit  et la science politique à Ngaoundéré ?


Les études à la Faculté de droit de Ngaoundéré présentent d’intéressantes spécificités tenant à la méthode d’enseignement pratiquée et à une offre d’enseignements très riche. Les étudiants y trouvent des conditions optimales de travail en raison de leur petit nombre, de la qualité  des infrastructures et de la familiarité des services.
Les connaissances juridiques de base font l’objet du programme de capacité. Les branches fondamentales sont enseignées de la première à la troisième année, par exemple, les règles relatives aux personnes et à la famille, aux infractions pénales, à la constitution, aux obligations et aux choses, aux sociétés et à la protection sociale, à l’ordre public international et au droit communautaire, et celles qui visent les situations dépassant nos frontières. A côté de ces branches du droit dit positif, le programme comporte des cours d’ordre plus théorique et historique, ainsi que des enseignements de théorie du droit, qui sont destinés à élargir la vision des étudiants et contribuent à développer l’indispensable esprit critique de celles-ci.
Par ailleurs, notre Faculté accentue son orientation vers la professionnalisation en proposant deux licences professionnelles. Deux licences professionnelles: 
Dans le même esprit, notre Faculté s'efforce de relier la Capacité en droit, qui concerne des étudiants non bacheliers, aux formations professionnalisantes. C'est ici l'un des éléments importants de notre programme d'aide à la réussite déjà mis en place pour les étudiants de Licence 1 (première année).
La réforme LMD répond à un souci d'harmonisation des études et représente ainsi certainement une grande chance pour les étudiants désireux de mobilité et qui ont la curiosité de préparer leur avenir au-delà du cadre national. Avec son offre LMD très diversifiée, notre Faculté met désormais cette chance à la portée de tous les étudiants.
Outre ces enseignements de fond, l’entraînement à la méthode est assuré dès la première année par des travaux en petits groupes permettant d’exercer le raisonnement et la rédaction juridiques ; il est poursuivi en deuxième année avec des exercices de recherche et de rédaction critique, pour déboucher en troisième année sur un travail de rédaction juridique accompli de manière individuelle; à l’appui des recherches nécessaires à tout travail juridique. L’apprentissage de la méthode est d’autant plus nécessaire que, dès la première année, l’enseignement se fonde à la fois sur des cours magistraux (cours ex cathedra) et des séances des travaux dirigés  lors desquelles sont résolus des cas pratiques permettant de comprendre de manière vivante et concrète une matière forcément abstraite. Une participation active est requise, ce qui augmente l’intérêt pour les domaines étudiés. L’expression orale, essentielle pour toute carrière juridique, est remise à l’honneur grâce aux exercices d’exposés.
Les programmes de maîtrise offrent la possibilité de consolider les connaissances déjà acquises et d’aborder des domaines plus pointus (divorce, banque et finance, arbitrage et commerce international, garanties internationales, droit communautaire, droits de l’homme, droits de l’enfant, légistique, pour n’en citer que quelques uns). L’occasion est ainsi donnée de poursuivre des intérêts spécifiques au gré des maîtrises thématiques (en droit économique, en droit international et africain, en droit civil et pénal, ou en droit public) ou non thématique (en droit). Il convient de mentionner encore la participation à des concours internationaux, comportant des procès simulés, qui est encouragée à tous les stades des études et permet d’exercer l’argumentation juridique à la fois par écrit et oralement.
Un important effort a été également consenti sur le Master Droit de notre faculté qui, désormais, comporte trois mentions qui permettent aux étudiants d'accéder à la spécialisation qui correspond le mieux à leurs aspirations professionnelles futures.
L'étudiant pourra ainsi choisir parmi les deux spécialités professionnalisées du Master Droit : la spécialité «Droit du transport, du transit et de la logsitique»  et «Droit des industries extractives».
Dans un monde caractérisé par la globalisation, l’accès au droit international et étranger est primordial. Il est favorisé par le droit comparé qui occupe une bonne place dans les programmes, notamment au travers d’un enseignement méthodologique original fondé, lui aussi, sur des cas pratiques (en droit des contrats) et divers enseignements thématiques comparatifs (par ex., droit constitutionnel, fiscal, propriété intellectuelle, sécurité sociale).
On le voit, la palette est large. Elle permet à chaque étudiant de poursuivre des études utiles et proches de ses aspirations, tout en développant les éléments indispensables à une bonne formation juridique : la connaissance des règles fondamentales, la précision, la finesse de l’analyse juridique et l’esprit de synthèse. Ainsi formées à la Faculté, les titulaires d’un titre en droit sauront-elles répondre à l’injonction d’Hector à Busiris : « Trouve-nous une vérité qui nous sauve. Si le droit n’est pas l’armurier des innocents, à quoi sert-il ? ». La Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université de Ngaoundéré est à la fois le lieu d'un enrichissement culturel, d'un épanouissement personnel et d'une préparation directe et concrète aux carrières ou aux métiers auxquels conduit l'étude du droit.
Soyez les bienvenues dans cette Faculté alliant tradition et innovation, et sachez profiter pleinement des richesses que vous y trouverez!


Jean-Louis Atangana Amougou
Agrégé des Facultés de Droit
Doyen de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques